Protéger

L’objectif est d’assurer la protection de 150 hectares d’habitats aujourd’hui dégradés, afin d’y mettre en place les mesures de restauration et de gestion nécessaires et leur donner un statut de protection durable dans le temps. Pour ce faire, deux mesures peuvent être mises en œuvre :

L’acquisition de terrains suivie de leur mise en réserve

Dans la mesure du possible, et en tout cas pour les zones d’un très grand intérêt biologique, nous privilégierons l’acquisition foncière. Cela permettra de conférer un statut de conservation très fort pour les habitats et les populations les plus sensibles. Les parcelles acquises seront donc mises en réserve naturelle avant la fin du projet LIFE.

La finalité du projet étant de récréer des réseaux d’habitats favorables à la survie des populations y vivant, la localisation des acquisitions et des activités de restauration devront être soigneusement réfléchies. 


 

La mise en place de conventions avec les propriétaires

Il ne sera cependant pas toujours possible de réaliser de telles acquisitions et des mesures de protection alternatives devront être mises en place. L’expérience acquise dans d’autres projets LIFE a démontré qu’il était possible d’établir des conventions avec des propriétaires, qu’ils soient publics ou privés, afin d’assurer une protection à long terme de certaines zones d’habitat. Ces conventions de trente ans donnent suffisamment de temps pour justifier des activités de restauration et de gestion et facilitent la restauration d'habitats favorables permettant à des populations de se maintenir ou de se rétablir.

Il faut rappeler ici que les projets LIFE ne peuvent se développer qu’au sein des zones Natura 2000, dont les arrêtés de désignation donneront également un statut de protection pour les espèces et les habitats prioritaires.

Lettre d'information

Intéressé par notre projet ? Inscrivez-vous pour être informés de l'avancement de nos actions.

Désinscrivez-vous de notre newsletter

Partenaires